jeudi 31 mai 2018

AGE: Landscapes (1980-2018)

“Landscapes is a must-have item in any music library which leads us in an era where creativity was on top of everything in thi emerging era of EM”
1 Hymalaya 2:31
2 Symfonieën 5:40
3 Landscape 5:31

4 Electronics 3:38
5 La Corde D'Argent 9:13
6 Plage 4:41
7 Ritmo 3:45
8 Tides 5:41 (Bonus Tracks)
9 AGE in Concert 1 9:11 (Bonus Tracks)
10 AGE in Concert 2 7:26 (Bonus Tracks)

Groove | GR-248 (CD 58:03)
(Cosmic Rock Music)
====================================
  **Chronique en français plus bas**

====================================
AGE! The name vaguely says something to me to have seen it on a LP in a friend's home back in the 80's. There was among the records of Jean-Michel Jarre, Synergy, Earthstar and Space Art this thing called AGE. And the memory awoke when I heard the splendid cosmic melody of "Symfonieën". So it was “Landscapes”  that we have listened to! Some 35 years later, Groove rekindles this old flame forgotten in the chessboard of time, allowing a whole new generation, even 2 or 3 it's according to, to discover how was built the EM of that time. No MIDI and a bank of rather rudimentary samplings, like cosmic noises. Synths, oscillators, sequencer, a vocoder and percussions! “Landscapes” was in the wake of these sound essays which shone among a public fond of musical adventures far more than conventional structures. And yet this duo, made up of Belgian musicians Emmanuel D'haeyere and Guy Vachaudez, had all the necessary elements to seduce an audience that was both close to Space and Jean-Michel Jarre.
Could Vangelis be inspired by "Hymalaya" to lay the foundations of his album Antarctica? The question arises since the music of this opening title to “Landscapes”, especially those keyboards that float in the cold, is not really far from Antarctica Echoes. But whatever! "Hymalaya" radiates the dimension of its title with a sober procession, like an escalator, where sparkle frozen prisms. These prisms weave a floating melody, in perfect equinox with the ambient rhythm. I remember "Symfonieën". Of this carousel of glittering chords which goes in circles like this merry-go-round, where the wooden horses galloped each in turn. Magnetizing with its thousand imaginary reflections in my head, the melody is crystalline and was especially the cornerstone of the Face A, from the vinyl of the time. The title-track frees these perfumes of this period with a distant layer of voice which is swallowed by the lament of a synthesizer alone on an ice floe of the Sea of Tranquility. A sequencer plays a harmonic portion a little before the second minute, giving me this irresistible taste of re-hearing another classic of this era; French Skyline from the German group Earthstar. The melody, while the rhythm is still passive, will be propelled by thrusts of synth pads, giving so much movement for so little time. The more we listen and the more we like this title. "Electronics" is a title of sonic ambiences that comes with a din between our ears. At the time, we didn't go all the way. Face B was played right after "Landscape". However, it was one of the first dark ambient music tracks with good chthonian organ pads that were joined by a choir of ghosts wandering between two parallel universes and of its inexplicable noises.
Face B started with "La Corde D'Argent". A more progressive title inspired by the gloomy structures of Thierry Fervant, that I discovered a few years later, and whose theatrical vision undoubtedly inspired Jean-Pierre Thanès, whom I discovered at the same time as Thierry Fervant, in his Lux Terrea. The synth is very seductive here and its harmonic loops weave a cosmic rhythmic pecked by keyboard riffs. A rhythmic pattern which become more catchy when the sequencer bites into the music in its 7th minute. At the time, the synthesizers wove more harmonies than today. So after the loops of "La Corde D'Argent", "Plage" follows with its sampling of hectic tides and a synthesized melody that is well supported by the motorik rhythm of the sequencer. The approach thus makes Kraftwerk, Autobhan era. A beautiful melody emerges from the collisions of the tides surfing the rough sea around the 3rd minute, weaving the 2nd musical itch of “Landscapes”. "Ritmo" is a good and lively, and quite commercial, electronic rock which is supported by percussions and keyboard riffs and where the synth is always dominant in its harmonic texture. This reissue of Groove includes 3 bonus tracks. "Tides" could not carve a place in the album. It's a title which offers a long ambiospheric introduction before hatching a structure of rhythm cut by keyboard riffs and by rapid and sequential sequencer keys, while the synth launches some feeble spectral lamentations. I understand the decision of the time! Subsequently, we are entitled to a real little masterpiece; a performance of AGE put on a cassette by KLEM in 1986. "AGE in Concert 1", or Listen to the Music, begins with a nice movement of the sequencer which ripples like the mechanism of a musical carousel for the elderly. Hyper melodious, the movement is covered with a voice on vocoder reciting Listen to the Music. Keyboard riffs, very Pink Floyd, foggy synth pads, a bass line and percussion accompany an authentic procession of cosmic rock where the synth is unleashed and releases fiery and thunderous solos, bringing "AGE in Concert 1" to an impressive pinnacle of emotion to make raise our hairs over our arms and our back spine, while vibrating this emotional membrane which tells us that we live a very special moment. Very intense, this title casts however a lot of shadow to "AGE in Concert 2" which is a good electronic rock very Düsseldorf School, for the jerky and motorized approach of the sequencer. The drums plow as well this path of electronic rhythm while the synth, more discreet, plants its riffs to accentuate the ferocity of an electronic movement as cold as this sensation that Emmanuel D'haeyere, Guy Vachaudez and Marc Vachaudez, on percussions, were Cyborgs.
This first AGE album is a must-have item in your music library, as long as you love cosmic rock from the 70's-80's. Re-hearing it after nearly 30 years gave me an enormous sense of pleasure and a taste to hear again the old classics from those same years. An excellent initiative from Groove, which expands its catalog with reissues of vinyl albums lost in time. And I have nothing against, because like many of you, I discovered the delights of the EM on the late and that there are still many treasures missing in my records collection! And this reissue of “Landscapes” has just landed on one of my tablets.

Sylvain Lupari (May 31th, 2018) **** ½*
synth&sequences.com
Available at Groove Shop
===============================================================================
CHRONIQUE en FRANÇAIS
===============================================================================
AGE! Le nom me dit vaguement quelque chose pour l'avoir vu sur une pochette de disque d'un ami au tournant des années 80. Il y avait parmi les disques de Jean-Michel Jarre, Synergy, Earthstar et Space Art ce truc nommé AGE. Et la mémoire s'est éveillée lorsque j'ai entendu la splendide mélodie cosmique de "Symfonieën". C'était donc “Landscapes” que nous écoutions! Quelques 35 ans plus tard, Groove rallume cette vieille flamme oubliée dans l'échiquier du temps, permettant ainsi à une toute nouvelle génération, même 2 ou 3 c’est selon, de découvrir comment était construite la MÉ de cette époque. Pas de MIDI et une banque d'échantillonnages assez rudimentaires, genre bruits cosmiques. Des synthés, des oscillateurs, un séquenceur, un vocodeur et des percussions! “Landscapes” était dans la foulée de ces essais sonores qui resplendissaient auprès d'un public friand d'aventures musicales bien plus que de structures conventionnelles. Et pourtant ce duo, composé des musiciens Belges Emmanuel D'haeyere et Guy Vachaudez, avait tous les éléments requis afin de séduire un public qui était à la fois près de Space et de Jean-Michel Jarre.
Est-ce que Vangelis se serait inspiré de "Hymalaya" pour poser les bases de son album Antartica? La question se pose puisque la musique de ce titre ouverture à “Landscapes”, notamment ces accords de claviers qui flottent de froid, n'est pas vraiment loin de Antartica Echoes. Mais peu importe! "Hymalaya" rayonne de la dimension de son titre avec une procession sobre, genre escalier roulant, où scintillent des prismes gelés. Ces prismes tissent une mélodie flottante, en parfait équinoxe avec le rythme ambiant. Je me souviens de "Symfonieën". De ce carrousel d'accords scintillants qui tournoyaient comme ce manège de cheval où les chevaux de bois galopaient mollement à tour de rôle. Magnétisante avec ses milles reflets imaginaires dans ma tête, la mélodie est cristalline et était surtout la pierre angulaire de la Face A du vinyle de l'époque. La pièce-titre dégage ces parfums de cette période avec une lointaine nappe de voix qui se fait avaler par la complainte d'un synthétiseur seul sur une banquise de la Mer de la Tranquillité. Un séquenceur loge une portion harmonique un peu avant la 2ième minute, me donnant ce goût irrésistible de réentendre un autre classique de cet époque; French Skyline du groupe Allemand Earthstar. La mélodie, alors que le rythme reste toujours passif, sera propulsée par des poussées de nappes de synthé, donnant ainsi beaucoup de mouvement pour si peu de temps. Plus on écoute et plus on aime ce titre. "Electronics" est un titre d'ambiances soniques qui rentre avec fracas entre nos oreilles. À l'époque, on ne se rendait pas jusqu'au bout. On faisait jouer la Face B tout de suite après "Landscape". Pourtant, c'était un des premiers titres de musique d'ambiances noires avec de bonnes nappes d'orgue chthoniennes où se greffait une chorale de spectres errant entre deux univers parallèles et ses bruits inexplicables.
La Face B débutait avec "La Corde D'Argent". Un titre plus progressif inspiré des structures moroses de Thierry Fervant, que j'ai découvert quelques années plus loin, et dont la vision théâtrale a sans doute inspiré Jean-Pierre Thanès, que j'ai découvert en même temps que Thierry Fervant, dans son Lux Terrea. Le synthé est très séduisant ici et ses boucles harmoniques tissent une rythmique cosmique picoré par des riffs de clavier et qui deviendra plus entraînant lorsque le séquenceur mord dans la musique vers sa 7ième minute. À l'époque, les synthétiseurs tissaient plus d'harmonies que de nos jours. Donc après les boucles de "La Corde D'Argent", "Plage" suit avec ses échantillonnages de vagues agitées et sa mélodie synthétisée qui est bien soutenue par le rythme motorique du séquenceur. L'approche fait ainsi très Kraftwerk, période Autobhan. Une superbe mélodie émerge d'entre les collisions des vagues surfant sur la mer agitée autour de la 3ième minute, tissant le 2ième ver-d'oreille de “Landscapes”."Ritmo" est un bon rock électronique entraînant, et assez commercial, soutenu par des percussions et des riffs de clavier et où le synthé est toujours dominant dans sa texture harmonique. Cette réédition de Groove comprend 3 titres bonis. "Tides" n'a pu se tailler une place dans l'album. C'est un titre qui propose une longue introduction ambiosphérique avant de faire éclore une structure de rythme taillée par des riffs de clavier et des accords rapides et successifs du séquenceur, tandis le synthé lance des faiblardes lamentations spectrales. Je comprends la décision de l'époque! Par la suite, on a droit à un véritable petit chef-d'œuvre, soit une prestation de AGE mise sur une cassette par KLEM en 1986. "AGE in Concert 1", ou Listen to the Music, débute avec un beau mouvement du séquenceur qui ondule comme le mécanisme d'un carrousel musical pour personnes âgées. Hyper mélodieux, le mouvement est nappé d’une voix sur vocodeur récitant Listen to the Music. Des riffs de clavier, très Pink Floyd, des nappes de synthé brumeuses, une ligne de basse et des percussions accompagnent une authentique procession de rock cosmique où le synthé se déchaine en libérant des solos fougueux et tonitruant, amenant "AGE in Concert 1" vers un impressionnant pinacle d'émotions à faire dresser nos poils sur les bras et dans le dos, tout en faisant vibrer cette membrane émotive qui nous indique que nous vivons un moment très particulier. Très intense, ce titre jette par contre beaucoup d'ombre à "AGE in Concert 2" qui pourtant est un bon rock électronique très Düsseldorf School, pour l'approche saccadée et motorique du séquenceur. Les percussions labourent tant que bien ce chemin de rythme électronique alors que le synthé, plus discret, plante ses riffs afin d'accentuer la férocité d'un mouvement électronique aussi froid que cette sensation qu'Emmanuel D'haeyere, Guy Vachaudez et Marc Vachaudez, aux percussions, étaient des Cyborgs.
Ce premier album de AGE est un élément incontournable dans votre bibliothèque de musique, pour autant que vous aimez le rock cosmique des années 70-80. Le réentendre après près de 30 ans m'a procuré une énorme sensation de plaisir et ce goût de réentendre les vieux classiques de ces mêmes années. Une excellente initiative de Groove, qui élargit son catalogue avec des rééditions d'albums vinyles perdus dans le temps. Et je n'ai rien contre, car comme bien d'entre vous, j'ai découvert les délices de la MÉ sur le tard et qu'il manque encore bien des trésors dans ma discothèque! Et cette réédition de “Landscapes” vient juste d'atterrir sur une de mes tablettes.

Sylvain Lupari 29/05/18

Aucun commentaire:

Publier un commentaire