mercredi 17 janvier 2018

BERTRAND LOREAU: Finally Vol. 1 & Vol. 2 (2017)

“Quite far from the visions of Spheric Music, this double album is nevertheless a splendid essay on various melodious themes rich in Berliner, classical and cinematic moods”
CD1 (73:52)
Finally, A Tear of Luciana, Tchau Téo, A Son is Born, Passage, Phare De Vie, Évasion Rêvée, Pour Arnaud, La Jetée De St Michel, Amour De Persée, Renaissance, Moulin De La Falaise, Grand Blottereau, Des Illusions, Atlantic Airport, Message Perdu, Prière, Solitude Standing, En Attendant C. Poisson, Le Ciel Est Jaune (Extrait)

CD2 (71:18)
La Chaise Vide, Toujours Là, Une Autre Vie, Echo De Ton Âme, Pour Solenn, Alone Together, Ton Message, Spirit of the Deep, Réminiscences, Lambert Beach, Valentin, Plougoulm, Granite Song, Correspondance Extrait 1, Train De Vie, Correspondance Extrait 2, Jeux D'enfants, Sissable, D'une Rive À L'autre, Au Revoir

Spheric Music | SMCD 6305  (CD 145:10)
(Romantic and orchestral Berlin School)
It's been a while that I know the music of Bertrand. In fact, the very first album I reviewed was Sur le Chemin, a collection of 12 rather lyrical compositions back in spring 2011. Then came albums such as Réminiscences, Morceaux Choisis and Amarres Rompues. So, why am I talking to you guys about those? Often imperceptible, Bertrand Loreau is like this butterfly which looks for its metamorphoses while dragging its old roots which have fertilized him. And its butterfly effect is like multiple musical reveries which go beyond ages and territories. This fervent defender of music from Klaus Schulze and Pink Floyd is above all a stupefying melodist. From his first steps in composition, either at the end of the 70's to today, the musician of Nantes has always privileged a melodious approach in his compositions, such as shows his very beautiful Réminiscences. The thing is, such an approach is often difficult to conjugate with the model of real Berlin School, long and tortuous with premises of improvisation. And Bertrand writes music! He never stops writing music. In a rather surprising gesture, Lambert Ringlage agreed to produce “Finally Vol. 1 & Vol. 2”, a bedside album. An intimist chamber album where harmonies sculpted in the spheroidal movements of the sequencer, the orchestral arrangements and the multiple effects of synth hang onto slow, sometimes cheerful, structures which are very far from the kind of the house. But the rhythms are not the panacea of the old Berlin movement, the synth solos are also very connected to it. And they are countless and downright attractive in this album where Bertrand Loreau's dreams infiltrate our sensibility to establish an improbable fanciful duet between two sensitive souls which a thin musical line unites through Atlantic Ocean and in the remains of time.
"Finally" opens our ears to this world of delight and romanticism with an artificial oboe which blows a nice melody on a slow staccato movement. A choir of young seraphic virgins accompanies this slow procession towards the discovery of the 39 other titles of “Finally Vol. 1 & Vol. 2”, a very important album for Bertrand Loreau who questions himself on his positioning in relation with music. All the tracks here lead towards melodic monuments which weave here and there some very nice earworms. The orchestrations in "A Tear of Luciana" are of a tenderness which stigmatizes this desire to stay prisoner of our musing. The same goes for "Tchau Téo" and "Illusions", while "A Son is Born" is more joyful, even slightly more lively. In fact, as lively as a chamber music can be. "Renaissance" is of the same mold. The arrangements are of silk. As long as we catch ourself thinking that we listen classical music. That's what my sweet Lise thought when listening to some parts of CD1. We are entitled to a few sequences, as in the procession in "Passage", a music which is very much just like its title. In the same approach, we shall find "La Jetée De St Michel" and its long synth solos which are as much delicious as very musical. And what to say about circular movement of the sequencer and its fragile chords of glasses in this title? "Phare De Vie" is a darker title with a big bed of layers a bit gloomy, while "Évasion Rêvée" shows a little more the Vangelis side of Bertrand with a music as complex as melodious. Although the music of Vangelis has not the same influence as that of Schulze on Bertrand, we find some common thread on “Finally Vol. 1 & Vol. 2” which are not so much twisted. I think among others of the very moving "Pour Arnaud" as well as "Grand Blottereau" and its solos which sing as those of a morose saxophonist on a ledge on a night of full moon. "Message Perdu" is another title which exploits the talents of Bertrand on the synth. The ritornello of crystal clear sequences in "Prière" also reminds me of Vangelis, but not the fluty melody which does very French movie music. It's about that I think moreover by listening to "Amour De Persée", which is a good lively tune with its Vladimir Cosma's perfumes. The flute in "Solitude Standing" also reminds me of his lively, cheerful and a little bit clanic approach, while the sequencing pattern does very TD of the Johannes Schmoelling's years.
Influence that we also find on "La Jetée De St Michel" and the light beat in "Atlantic Airport". "Moulin De La Falaise" is an intense piece of music which would fit so well in a dramatic movie, while "En Attendant C. Poisson" and "Le Ciel Est Jaune (Extrait)" are two tracks built on the same pattern, but which are not inevitably in the same diapason at the level of ambiences, of vibes. One puts CD 2 and one has the impression to live the Groundhog Day! The 20 titles present here also oscillate between symphonic music, although less present, romantic music, well one or maybe two tracks may sound twisted, Berlin School moods or beats and finally always very beautiful melody weaved in the paths of a tortured soul. "La Chaise Vide" throws influences of Tangerine Dream of the Jive years, for the ambiences, while the sequencer is knitting a nice harmony pinched like in the corridors of a fictitious harp. "Toujours Là" is a darker composition with a touching piano. "Echo De Ton Âme", "Ton Message", "Granite Song" are titles which would go well in Vangelis' repertoire. The fusion of emotions and orchestrations give so many shivers as with CD1. Introverted or jovial, titles like "Une Autre Vie", "Pour Solenn", "Spirit of the Deep", the fascinating "Plougoulm" and the splendid "Jeux D'enfants" will overturn your emotions. "Jeux D'enfants" that I had already heard on the album Sur le Chemin is the kind of thing which gives gooseflesh to the soul. "Lambert Beach" and the very intense "Valentin" are two rather film titles. Whilst I write these lines, Bertrand Loreau prepares Finally Vol. 3 & Vol. 4, an album centered on sequences which also will be available on Spheric Music. And we have a very good idea of the orientations of this album with a title like "Réminiscences", there is not much of rhythm but it's a rather Berliner title. While titles like "D'une Rive À L'autre" et "Au Revoir" don't leave much ambiguity regarding the musical orientation of the following act of this very musical, very scenic and especially very melodious “Finally Vol. 1 & Vol. 2”.
An album which flirts between romanticism, because of its very melodious and very orchestral visions, theme music and an EM where the Berlin School side is more assumed by the role of the synths than of the sequencer, this very beautiful compilation of Bertrand Loreau is the purest proof that the melody gives a nobility to music. I have adored it from start to end. And there are 40 good reasons to explain that!

Sylvain Lupari (January 17th, 2018) *****
You will find this album on Spheric Webshop as well as at CD Baby
________________________________________________________________________________________
CHRONIQUE en FRANÇAIS
________________________________________________________________________________________
Je connais la musique de Bertrand depuis un bail. En fait, le premier album que j'ai chroniqué fut Sur le Chemin, une collection de 12 titres assez lyriques que j'ai chroniqués au printemps 2011. Puis vint des albums tel que Réminiscences, Morceaux Choisis et Amarres Rompues. Pourquoi cette sélection? Souvent insaisissable, Bertrand Loreau est comme ce papillon qui cherche ses métamorphoses tout en traînant ses vieilles racines qui l'ont fécondé. Et son effet papillon est comme de multiples rêveries musicales qui s'étendent au travers les âges et les territoires. Ce fervent défenseur des œuvres de Klaus Schulze et Pink Floyd est avant tout un très grand mélodiste. De ses premiers pas en composition, soit à la fin des années 70 à aujourd'hui, le musicien de Nantes à toujours privilégier une approche mélodieuse dans ses compositions, comme le démontre le très beau Réminiscences. Mais voilà, une telle approche est souvent difficile à conjuguer avec le modèle d'un véritable Berlin School long, tortueux avec des prémisses d'improvisation. Et Bertrand compose! Il n'en finit plus d'écrire de la musique. Dans un geste assez surprenant, Lambert Ringlage accepte de produire “Finally Vol. 1 & Vol. 2”, un album de chevet. Un intimiste album de chambre où des harmonies sculptées dans les mouvements sphéroïdaux du séquenceur, des arrangements orchestraux et multiples effets de synthé s'accrochent à des structures lentes, parfois enjouées, qui sont très loin du genre de la maison. Mais les rythmes ne sont pas la panacée du vieux mouvement Berlinois, les solos de synthé s'y rattachent aussi. Et ils sont innombrables et carrément séduisants dans cet album où les rêves de Bertrand Loreau infiltrent notre sensibilité afin de constituer un improbable duo chimérique entre deux âmes sensibles qu'un mince filet musical unit à travers l'Océan Atlantique et les épaves du temps.
Le premier CD est structuré comme une musique de chambre dans une vision très Baroque de Bertrand Loreau. "Finally" ouvre nos oreilles à ce monde d'enchantement et de romantisme avec un hautbois artificiel qui souffle une belle mélodie sur un lent mouvement staccato. Une chorale de jeunes vierges séraphiques accompagne cette lente procession vers la découverte des 39 autres titres de “Finally Vol. 1 & Vol. 2”, un album très important pour Bertrand Loreau qui se questionne sur son positionnement par rapport à la musique. Toutes les pièces de musique débouchent vers des monuments mélodiques qui tissent ici et là de beaux vers d'oreilles. Les orchestrations dans "A Tear of Luciana" sont d'une tendresse qui stigmatise ce désir de rester prisonnier de nos rêveries. Idem pour "Tchau Téo" et "Des Illusions", alors que "A Son is Born" est plus joyeux, même légèrement plus entraînant. En fait aussi entraînant qu'une musique de chambre peut l'être. "Renaissance" est du même moule. Les arrangements sont de soie. Tant que l'on se surprend à penser que l'on écoute du classique. À tout le moins, c'est ce que ma douce Lise entendait. On a droit à un peu de séquences, comme dans la procession dans "Passage", une musique qui est très à l'image de son titre. Dans cette même approche, on trouvera "La Jetée De St Michel" et ses solos de synthé qui sont autant exquis que très musicaux. Et que dire du mouvement circulaire du séquenceur et ses accords de verres fragiles dans ce titre? "Phare De Vie" est un titre plus sombre avec un grand lit de nappes un brin moroses, alors que "Évasion Rêvée" démontre un peu plus le côté Vangelis chez Bertrand avec une musique aussi complexe que mélodieuse. Bien que la musique de Vangelis n'ait pas la même emprise que celle de Schulze sur Bertrand, on retrouve quelques fils conducteurs sur “Finally Vol. 1 & Vol. 2” qui ne sont pas tous autant tordus. Je pense entre autre au très émouvant "Pour Arnaud" ainsi qu'à "Grand Blottereau" et ses solos qui chantent comme ceux d'un saxophoniste morose sur une corniche par une nuit de pleine lune. "Message Perdu" est un autre titre qui exploite les talents Bertrand au synthé. La ritournelle de séquences limpides dans "Prière" me fait aussi penser à du Vangelis, mais pas la mélodie flûtée qui fait très cinéma français. C'est à cela que je pense d'ailleurs en écoutant "Amour De Persée", qui est une belle mélodie bien vivante avec ses airs de Vladimir Cosma. La flûte dans "Solitude Standing" me fait aussi penser à son approche vivante et un peu clanique, alors que le mouvement du séquenceur fait très TD des années Johannes Schmoelling.

Influences que l'on retrouve aussi sur "La Jetée De St Michel" et le léger "Atlantic Airport". "Moulin De La Falaise" est un titre intense qui irait tellement bien dans un film dramatique, alors que "En Attendant C. Poisson" et "Le Ciel Est Jaune (Extrait)" sont deux titres structurés sur le même pattern, mais qui ne sont pas nécessairement au même diapason au niveau des ambiances. On met le CD2 et on a vit le jour de la marmotte! Les 20 titres présents oscillent aussi entre de la musique symphonique, quoique moins présente, de la musique romantique, 1 ou 2 titres un peu plus tordus, plus de rythme de la Berlin School et toujours de la très belle mélodie tissée dans les sentiers d'une âme torturée. "La Chaise Vide" respire les influences de Tangerine Dream des années Jive, pour les ambiances, alors que le séquenceur tisse une belle harmonie pincée comme dans les corridors d'une harpe fictive. "Toujours Là" est une composition plus sombre avec un piano émouvant. "Echo De Ton Âme", "Ton Message", "Granite Song" sont des titres qui iraient bien dans le répertoire de Vangelis. La fusion émotions et orchestrations donnent autant de frissons que sur le CD 1. Introvertis ou enjoués, des titres comme "Une Autre Vie", "Pour Solenn", "Spirit of the Deep", le fascinant "Plougoulm" et le superbe "Jeux D'enfants" feront chavirer vos émotions. "Jeux D'enfants", que j'avais déjà entendu sur l'album Sur le Chemin est le genre de truc qui donne la chair de poule à l'âme. "Lambert Beach" et le très intense "Valentin" sont deux titres assez cinématographiques. À l'heure où j'écris ces lignes, Bertrand Loreau prépare Finally Vol. 3 & Vol. 4, un album centré sur les séquences qui sera aussi disponible sur Spheric Music. Eh bien nous avons une très bonne idée des orientations de cet album avec des titres comme "Réminiscences", il y a peu de rythme mais c'est un titre plutôt Berliner. Alors que des titres comme "D'une Rive À L'autre" et "Au Revoir" ne laissent aucune ambiguïté quant à l'orientation musicale de la suite de ce très musical, très scénique et surtout très mélodieux “Finally Vol. 1 & Vol. 2”.
Un album qui flirte entre du romantisme, parce que très mélodieux et très orchestral, une musique de film et une MÉ où le côté Berlin School est assumé plus par le rôle des synthés que du séquenceur, cette très belle compilation de Bertrand Loreau est la preuve la plus pure que la mélodie donne une noblesse à la musique. J'ai adoré! Et il y a 40 bonnes raisons pour l'expliquer.
Sylvain Lupari 17/01/2018
A little Teaser

Aucun commentaire:

Publier un commentaire