lundi 26 juin 2017

PYRAMID PEAK: Roots (2017)

“This last opus of Pyramid Peak is an extraordinary voyage among the many years of the Peak with these always so exquisite patterns of evolutionary rhythms”
1 The Journey 20:20
2 Roots 18:51
3 Milestones 21:58
4 Offshore 11:48

Manikin | MRCD 7104 (CD/DDL 73:03) ****½
(Berlin and New Berlin School)
After a short sinister wave, seraphic songs flood our ears with slow orchestral waltzes where are trapped some electronic effects embalmed of a cosmic touch. Faithfull to the mark of Pyramid Peak, the introductions of the long evolutionary titles are sculptured with interchangeable elements which have this gift to draw our attention. Here, orchestrations get lost in the charms of synthesized songs while the effects borrow other tones. The universe of the Peak remains always constantly evolving, even when it's very slow mutations. Orchestrations and songs of synths are exchanging the introductory harmonies while discreetly the sound of ringings forms a first line of rhythm. An ambient rhythm which convulses subtly with jolts knotted around a line of continual riffs. Slowly, "The Journey" restores this line of charm between the unconditional fan of Pyramid Peak, whom I am, with a crowd of sound elements which lead to predict any rhythmic load at any time. Percussive effects, and their echoes, feed this perception while the synths draw some kind of celestial arabesques which sneak between these ringings that stimulated the opening of "The Journey". The movement gets stir a little before the point of the 7 minutes. Sequences, percussions and pulsations form a spasmodic movement which break over towards these delicious cosmic rock unique to the Peak's charms. Very Tangerine Dream layers decorate this rhythmic progression whereas that are always rolling these electronic embroideries which sing like some nightingales of another planet. The synth solos are splendid with these fragrances of ether which invalidate their furies without eliminating at all their harmonious charms. The minimalist structures are at the heart of the Pyramid Peak concept and at no time they guide us towards a sensation of tiredness of the listening. And even after 4 years of absence, the magic is always present. "The Journey" offers these little sonic treats, both in the rhythms as in the effects, which inflate admirably its crescendo. Like this other line of sequences, always very TD, which strolls behind these synth solos and which will redirect the cosmic rhythm of "The Journey" towards a more ambiospherical phase where the rhythmic elements remain on the alert, because "The Journey" will resume another structure of rhythm, more moderate, with synth solos always so charming.
Warning! The credibility of the author of this review could be soiled because he is a die-hard fan of
Pyramid Peak's music. But honestly, I don't believe that it will change anything at all; “Roots” survives very well to the colossal Anatomy published at the very end of 2013. Structured around 4 long titles in minimalist mode and always very evolutionary, “Roots” proposes a journey between the various stages of Pyramid Peak since Ocean Drive until this day. We find thus many cosmic elements there, which fed the atmospheres of the first albums of the Peak, as well as these movements of sequencer which structure these rhythmic crossroads in constant movement and impulses of crescendo which constantly gave gooseflesh to us. And as nothing is left at random in the wonderful universe of the Peak, the duet Andreas Morsch and Axel Stupplich injects some silky orchestrations which amplify even more the intensity of the rhythmic parameters of which the diverse transformations work inside amazing synths soloes which, besides the harmonious effects, throw layers of mists and of voices as in the nice time. The title-track is more ambiospherical and its intro resounds like Tangerine Dream of the 70’s with foggy layers and with small harmonious phases which generate a crowd of memories. A pasty voice and samplings of voices describe the story in music of the Peak, introducing a rhythmic portion livened up by a crossing between sequences and percussions before the synths loosen loops of ambient vibes which will guide us in this approach of a duck cackling an organic structure. The movement limps with a subtle fluidity under an avalanche of other great solos. It's the kind of title that makes us travel through our dreams. "Milestones" is the key point of “Roots” with some nice long minutes which pull us in the territories of Klaus Schulze and his collaboration with Pete Namlook in The Dark Side of the Moog IX. Wonderful! From slow to undecided, the rhythm progresses with heavy percussions which hammer a peaceful ascent of the sequencer. The solos inject ink of fire which draw lazy volutes of which the twists wind up and crumple on a cosmic rock which will explode a little after the point of 11 minutes. The sequencer is lively and oscillates swiftly under superb synth solos always very musical. We listen on a loop! Shorter title of this last adventure of Pyramid Peak, "Offshore" starts slowly in order to expose us to a structure of rhythm which evolves as if Chris Franke would be behind the sequencer. The sequences are agile and get jostle with fluid leaps, exposing other sequences which join a phase which oscillates as reeds under hot winds and of which the breezes are filled of splendid seraphic songs. Songs which are present all over “Roots” which amazes even more with its inescapable structures of rhythms in constants evolution and which make of the music of Pyramid Peak the rendezvous of the followers of the Berlin School, as retro as new genre.

Sylvain Lupari (June 26th, 2017)
synth&sequences.com
You will find info on how to get this album on the Manikin Bandcamp page here
-CHRONIQUE en FRANÇAIS-
Après une courte onde sinistre, des chants séraphiques inondent nos oreilles avec de lentes valses orchestrales où sont piégés des effets électroniques embaumés d'une touche cosmique. Fidèle à la marque de Pyramid Peak, les introductions des longs titres évolutifs sont sculptées avec des éléments interchangeables qui ont ce don d’attirer notre attention. Ici, les orchestrations se perdent dans les charmes de chants synthétisés alors que les effets empruntent d'autres tonalités. L'univers du Peak reste toujours en constante évolution, même lorsqu'il s'agit de très lentes mutations. Les orchestrations et les chants des synthés s'échangent les harmonies introductives alors que discrètement le son de tintements forme une première ligne de rythme. Un rythme ambiant qui convulse subtilement avec des saccades nouées autour d'une ligne de riffs continuels. Doucement, "The Journey" rétablit cette ligne de charme entre le fan inconditionnel de Pyramid Peak, ce dont je suis, avec une foule d'éléments soniques qui laissent présager une quelconque charge rythmique à tout moment. Des effets percussifs, et leurs échos, alimentent cette perception alors que les synthés dessinent des arabesques célestes qui se faufilent entre ces tintements qui stimulaient l'ouverture de "The Journey". Le mouvement s'agite un peu avant la barre des 7 minutes. Les séquences, les percussions et les pulsations forment un mouvement spasmodique qui débouchent vers ces délicieux rock cosmique unique au Peak. Des nappes très Tangerine Dream ornent cette progression rythmique alors que roulent toujours ces broderies électroniques qui chantent comme des rossignols d'une autre planète. Les solos de synthé sont splendides avec ces fragrances d'éther qui invalident leurs fureurs sans entacher pour autant leurs charmes harmoniques. Les structures minimalistes sont au cœur du concept de Pyramid Peak et en aucun temps elles nous guident vers une sensation de lassitude de l'écoute. Et même après 4 ans d'absence, la magie est toujours présente. Et "The Journey" offre ces petites gâteries soniques, tant dans le rythme que dans les effets, qui gonflent admirablement son crescendo. Comme cette autre ligne de séquences, toujours très TD, qui flâne derrière ces solos de synthé et qui redirigera le rythme cosmique de "The Journey" vers une phase plus ambiosphérique où les éléments rythmiques restent en alerte, car "The Journey" reprendra une autre structure de rythme, plus tempérée, avec des solos de synthé toujours aussi charmeurs.
Avis! La crédibilité de l'auteur de cette chronique pourrait être entachée puisqu'il est un fan fini de la musique de Pyramid Peak. Mais honnêtement, je ne crois pas que ça change quoi que ce soit; “Roots” survit très bien au colossal Anatomy publié à la toute fin de 2013. Structuré autour de 4 longs titres en mode minimaliste et toujours très évolutif, Roots” propose un voyage entre les différentes étapes de Pyramid Peak depuis Ocean Drive jusqu'à ce jour. On y retrouve donc beaucoup d'éléments cosmiques, qui nourrissaient les ambiances des premiers albums du Peak, de même que ces mouvements de séquenceur qui structurent ces carrefours rythmiques en constant mouvement et dont les élans de crescendo nous donnaient constamment la chair de poule. Et comme rien n'est laissé au hasard dans le merveilleux univers du Peak, le duo Andreas Morsch et Axel Stupplich injecte de soyeuses orchestrations qui amplifient encore plus l'intensité des paramètres rythmiques dont les diverses mutations œuvrent à l'intérieur d'étonnants solos de synthés qui, en plus des effets harmoniques, jettent des nappes de brumes et de voix comme à la belle époque. La pièce-titre est plus ambiosphérique et son intro résonne comme du Tangerine Dream des années 70 avec des nappes brumeuses et des petites phases harmoniques qui génèrent une foule de souvenirs. Une voix pâteuse et des échantillonnages de voix décrivent l'histoire en musique du Peak, initiant une portion rythmique animée d'un croisement entre séquences et percussions avant que les synthés délient des boucles d'ambiances qui nous guideront à cette démarche de canard caquetant une structure organique qui boitille avec une subtile fluidité sous une avalanche de très bons solos. C'est le genre de titre qui nous fait voyager à travers nos rêves. "Milestones" est le point fort de “Roots” avec de belles longues minutes qui nous entraînent dans les territoires de Klaus Schulze et de sa collaboration avec Pete Namlook dans The Dark Side of the Moog IX. Splendide! De lent à indécis, le rythme progresse avec des percussions lourdes qui martèlent une paisible ascension du séquenceur. Les solos injectent des encres de feu qui dessinent des volutes paresseuses dont les torsades s'enroulent et se défont sur un rock cosmique qui explosera un peu après le point des 11 minutes avec un séquenceur vif qui oscille vivement sous de superbes solos de synthé toujours très musicaux. On écoute en boucle! Plus court titre de cette dernière aventure de Pyramid Peak, "Offshore" démarre lentement afin de nous exposer à une structure de rythme qui évolue comme si Chris Franke serait derrière le séquenceur. Les séquences sont agiles et se bousculent avec des cabrioles fluides, exposant d'autres séquences qui se joignent à une phase qui oscille comme les roseaux sous des vents chauds et dont les brises sont remplies de superbes chants séraphiques. Des chants qui sont présent à la grandeur de “Roots” qui étonne encore plus avec ses incontournables structures de rythmes en constantes mutations qui font de la musique de Pyramid Peak le rendez-vous des adeptes de la Berlin School, autant rétro que nouveau genre.
Sylvain Lupari (26 Juin 2017)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire