mardi 13 juin 2017

ERIK WOLLO: Different Spaces (2017)

“A splendid lyrical opus! The best of Erik Wollo and so far the best of this year”
1 Low Winter Sun (Introduction 1) 4:46
2 Points in Time 8:23
3 Solaris 6:41
4 High Plains 8:08
5 Church Mountain 4:39
6 Similar World 6:18
7 Past Theme 5:38
8 Hydra 8:01
9 Kaleidoscope 8:47
10 Evening Island 6:05
11 Memory Space 6:53
CD 2
1 Mystical Sun (Introduction 2) 5:10
2 Chroma 6:27
3 Motion Blue 5:50
4 The Morph 7:39
5 Rundreise 5:55
6 Circle Dream 4:46
7 Pilgrim Way 8:41
8 Cascade Falls 8:53
9 Mirror Lake 6:06
10 Afterglow 6:31
11 Elysium 7:12

Projekt ‎| PRO338 (2CD/DDL 147:40) ***** (Berlin School, ambient and harmonic phases)
A little like a goddess who empties her jar of charms, dusts of prism decorate a celestial breeze which is used as bed to a sad seraphic melody which moans with neurasthenic sighs. While our soul drifts towards these inner corridors that we forbid ourselves the entrance, a delicate movement of sequences makes its keys sparkle which shape a spheroidal walking towards a dense storm of cabalistic breezes. "Low Winter Sun (Introduction 1)" is the front door of Erik Wollo's wonderful double album which will bolt you to your armchair and in your earphones, so much the lyrical approach of the Scandinavian bard will mark you ears of tenderness and of bewitchment. As much at ease in the vast soundscapes tied to the magnificence of his Norway than to the sequenced rhythms which invite in astral dances, Erik Wollo has accustomed us during the last years to realizations which separate both genres while letting drag a delicate link between them. “Different Spaces” is a mixture of both genres which seduce so much, but in an imposing double album which flirts with nearly 2:30 hours and which nevertheless flows like a musical tale of 30 minutes.
"
Points in Time" gives a very beautiful overview of what waits for your ears for the next 21 titles to come. The intro is sculpted of dark layers where murmurs, black winds and dark breezes color a soundscape which reaches the dimension of our imagination. These openings, sometimes short or sometimes long, and several times without outcomes, are the departures of structures of rhythms forged on the Berlin School approach, like here, or in ambient phases, like in "Low Winter Sun (Introduction 1)". Here, the beat gets out of limbos with a line of spasmodic riffs which pierces this wall of rather harmonious winds. A bass pulsation doesn't care of these winds, entailing "Points in Time" in a jerky structure which awakens in us, especially with the arrival of harmonious layers and percussions, this feeling to hear a good electronic rock of the Tangerine Dream style. The sound decoration is perfectly balanced, nothing of excess and nothing is lacking, in this electronic rock which is quite a surprise coming from Erik Wollo. Each title is different and proposes a range of varied rhythms which leaves all the same the necessary space so that Wollo draws all the splendor of his sound landscapes. Lighter, "Solaris" presents a slightly lively structure braided by a good line of bass and some rather sober percussions of which the metallic jingles buzz as in a birth of Electronica. The melody flows by sequenced oscillating loops which go and come in a choir of seraphic voices. There are titles which are alike in this collection of 22 tracks? Not really! Each has an identity and it's doubtless the pinnacle, that and this constant rush of emotion which comes as each title passes by, in the universe of “Different Spaces”. "High Plains" offers a delicious Berlin School approach with its stream of sequences which breaks its loops in vapors of ether and in nice layers in tones weaved between the synth and the magical six-string from the Norwegian poet of tones. I have the feeling to be in a soundtrack of Tangerine Dream here. Another strength of this album is this capacity of his author to enliven his structures of rhythm with constant additions which adorn aptly the numerous minimalist hymns in this Erik Wollo's 21th album. "Church Mountain" brings us in a landscape of vibes with beautiful ethereal layers which feed the vitality of a structure of rhythm slumbering with its loops which stuff themselves of great percussive effects. The waves which encircle its finale smother another minimalist structure which would have carried us even farther in our reverie. "Similar World" takes over with a steady circular structure and its jerky riffs which roll like a steam train under the acid colors of its burned coal black offerings. "Past Theme" is another title of atmospheres which are weaved by loops of which the echoes eventually forge a structure of rhythm as much vaporous as the nebulosity of the atmospheres. That reminds me of Peter Seiler, the time of Flying Frames, and Richard Pinhas in the time of L'Éthique. In any event, the flow of the movement is charmingly mesmerizing. "Hydra" comforts our ears with a fascinating rhythmic meshing between sequences, many sequences in contrasting tones and flows, and percussions which skip beneath a sonic sky stuffed by tears of synths and by texture of guitars of which the symbiosis weaves a huge cabalistic canvas. Between Berlin School and a morphic techno, the music remains as intense than deeply moving with a rhythmic skeleton which loosens its electronic spasms in a fluidity which espouses marvelously the flow of the harmonies stolen from a mourner six-strings. A very good title! "Kaleidoscope" is unarguably the most beautiful title on the 1st CD entitled Low Winter Sun. The movement is as much magnetizing as the one of a carousel of notes which flutter in a slightly holed spheroidal movement. The guitar is also intense with tears and mislaid dreams which merge with a veil of esoteric airs while the rhythm, always peaceful, shows a swiftness more emotional than the rhythm. Even better than "Hydra"! We speak of intensity? Just as much wonderful and clearly more dramatic, "Evening Island" is going to give you the shivers in the soul with a very striking guitar which slides its tears and its ethereal loops on a hypnotic rhythmic pattern, like in beautiful old Berlin School livened up by a revival in the color of the tones. Always in sound panoramas of which the reliefs are perfumed by shadows, by sighs and by tears, coming as much the guitar as the synth, Low Winter Sun's rhythms are parading in different forms, here it's the spasmodic impulses, and in tints which stick to the sadness and to the temporary nostalgia. Like here, where the loops of guitar shed tears on a structure which, like those huge vertical spirals, are soaring constantly without ever reaching heavens. The regulars of the genre name these structures; Californian School in homage to his sculptor, Steve Roach. "Memory Space" ends the first 75 minutes of “Different Spaces” by a beautiful phase of ambiences where the dark shadows and the sibylline harmonies drag us slowly towards a more translucent phase.

There is some more music in this last Erik Wollo's album. And "Mystical Sun (Introduction 2)" leads us towards the other side of the Scandinavian panoramas of Wollo with an approach always so very attractive in rhythms but with more luminosity in the vibes and in the harmonious lines. If "Mystical Sun (Introduction 2)" completes the moods of "Low Winter Sun (Introduction 1)", they are quite alike, "Chroma" differs from the very energetic rock of "Points in Time". In fact, Erik Wollo flirts here with a more Electronica approach, although the repetitive rhythms of the Berlin model remain very omnipresent. The harmonies and the atmospheres are lighter and more cheerful, putting a lot of emphasize on the contrasts of the sound panoramas between both CD. As in the structure of "Motion Blue", splendid by the way, with its effects of percussions and its motorik approach. Mysterious, "The Morph" collapses under a heavy mood in tints of melting metal. "Rundreise" is a superb Berlin School which rolls like a bluish steam train. We notice straight out these contrasts! "Circle Dream" is ideal for meditation, just like the very ambient and floating "Afterglow". After an introduction filled of the hubbubs of a crowd, "Pilgrim Way" brings us where no other title in “Different Spaces” brought us; towards the airs of a magnificent ballad extirpated by a guitar as dreamy as these banks of mist haloed of anonymous voices. A morphic ballad, a wonderful slow dance tempo with images of embraces which fill the eyes. The arrangements and the voices give an incredible depth to this slow ballad of solitary cowboy. One of the key points, there is a lot, of “Different Spaces”! After this small moment of musing, "Cascade Falls" assails our ears with an electronic rock very attracted by the IDM. A fiery title and sparkling of freshness and just as much amazing in the repertoire of our friend Erik. If we were unable to resist "Pilgrim Way", we are going to melt in front of the tenderness shown in this sonic pearl which is "Mirror Lake". There is a dance, like a magic ballet, which flows throughout the 6 minutes of this title with arpeggios glittering on an invisible ice and of which the charms sparkle with a guitar as effective as a Mike Oldfield at his top of his composer skill. Simply magical! "Elysium" concludes this wonderful 2 CD opus with an approach as supernatural as this dance in "Mirror Lake". Except that here, Erik Wollo adds a little of cloudiness, even if the voices fight against this savor, in order to weave this admirable link which will return us to "Low Winter Sun (Introduction 1)". Yes my friends…this is quite an album. The best of Erik Wollo and the best album of 2017 so far!
Sylvain Lupari (June 13th, 2017)

synth&sequences.com
You will find this album on the Projekt Bandcamp page here

-CHRONIQUE EN FRANÇAIS-
Un peu comme une déesse qui viderait son pot de charmes, des poussières de prisme ornent une brise céleste qui sert de lit à une triste mélodie séraphique qui gémit des soupirs neurasthéniques. Alors que notre âme dérive vers ces corridors intérieurs que l'on s'interdit l'entrée, un délicat mouvement de séquences fait scintiller ses ions qui moulent une marche sphéroïdale au travers une dense tempête de brises cabalistiques. "Low Winter Sun (Introduction 1)" est la porte d'entrée d'un magnifique album double d'Erik Wollo qui vous vissera à votre fauteuil et dans vos écouteurs, tant l'approche lyrique du barde Scandinave vous marquera les oreilles à coups de tendresse et d'envoûtement. Autant à l'aise dans de vastes panoramas soniques liés aux splendeurs de sa Norvège comme à des rythmes séquencés qui invitent à des danses astrales, Erik Wollo nous a habitués au cours des dernières années à des réalisations qui séparent les 2 genres tout en laissant traîner un délicat lien entre eux. “Different Spaces” est cet amalgame des genres qui séduisent tant, mais dans un majestueux album double qui flirte avec les 2:30 heures et qui pourtant coule avec un conte musical de 30 minutes.
"Points in Time" donne un très bel aperçu de ce qui attend vos oreilles pour les 21 prochains titres à venir. L'intro est sculptée des nappes obscures où des murmures, des vents noirs et des brises obscures teintent un paysage sonique qui atteint la dimension de notre imagination. Ces ouvertures, parfois courtes ou parfois longues et quelques fois sans issues, sont les départs de structures de rythmes forgées sur l'approche Berlin School, comme ici, ou ambiants, comme dans "Low Winter Sun (Introduction 1)". Ici, le rythme sort des limbes avec une ligne de riffs spasmodiques qui percent cette muraille de vents assez harmoniques. Une basse pulsation se moque de ces vents, entraînant "Points in Time" dans une structure saccadée qui éveille en nous, surtout avec l'arrivée de nappes harmoniques et des percussions, cette impression d'entendre un bon rock électronique du style Tangerine Dream. Le décor sonique est parfaitement équilibré, rien de trop et rien qui manque, dans ce rock électronique assez surprenant d'Erik Wollo. Chaque titre est distinct et propose une gamme de rythmes variés qui laisse tout de même de l'espace nécessaire afin que Wollo dessine toutes les splendeurs de ses paysages soniques. Léger, "Solaris" présente une structure légèrement entraînante tressée par une bonne ligne de basse et des percussions assez sobres mais dont les cliquetis métalliques bourdonnent comme dans une naissance d'Électronica. La mélodie coule par des boucles séquencées oscillatrices qui vont et viennent dans une chorale de voix séraphiques. Il y a des titres qui se ressemblent dans cette collection de 22 titres? Pas vraiment! Chacun a une identité et c'est sans doute le plus haut fait d'armes, ça et cette continuelle montée d'émotions qui survient après chaque titre, dans l'univers de “Different Spaces”. "High Plains" offre une délectable approche de Berlin School avec son chapelet de séquences qui disloque ses boucles dans des vapeurs d'éther et dans de belles nappes aux tonalités tissées entre le synthé et la six-corde du poète des tons Norvégien. J'ai l’impression d'être dans une trame sonore de Tangerine Dream ici. Une autre force de cet album est cette capacité de son auteur de bonifier ses structures de rythme avec des ajouts constants qui décorent avec justesse les nombreux hymnes minimalistes dans ce 21ième album d'Erik Wollo. "Church Mountain" nous amène dans un paysage d'ambiances avec de belles nappes éthérées qui nourrissent la vitalité d'une structure de rythme sommeillant avec ses boucles éternelles qui se gavent de beaux effets percussifs. Les vagues qui cernent sa finale étouffent une autre structure minimaliste qui nous aurait porté encore plus loin dans nos rêveries. "Similar World" prend la relève avec une structure circulaire plus soutenue et ses riffs saccadés qui roulent comme un train à vapeur sous les couleurs acides de ses noires offrandes de charbon brûlé. "Past Theme" est un autre titre d'ambiances qui sont tissées par des boucles dont les échos finissent par forger une structure de rythme aussi vaporeuse que la nébulosité des ambiances. Ça me fait penser à du Peter Seiler, du temps de Flying Frames, et Richard Pinhas dans le temps de l'Éthique. Quoi qu'il en soit, le débit du mouvement est délicieusement envoûtant. "Hydra" dispose de nos oreilles avec un fascinant maillage rythmique entre des séquences, beaucoup de séquences aux tonalités et au débit contrastant, et des percussions qui sautillent sous un ciel sonique farci de larmes de synthés et de texture de guitares dont la symbiose tisse une énorme toile cabalistique. Entre du Berlin School et du techno morphique, la musique reste aussi intense qu'émouvante avec une ossature rythmique qui délie ses spasmes électroniques dans une fluidité qui épouse à merveille le flux des harmonies soutirées à une six-cordes pleureuse. Un très bon titre! "Kaleidoscope" est sans contredit le plus beau titre sur le 1ier CD intitulé Low Winter Sun. Le mouvement est aussi magnétisant qu'un carrousel de notes qui voltigent dans un mouvement sphéroïdal légèrement percé. La guitare est intense avec des larmes et des songes égarés qui fusionnent avec un voile de chants ésotériques alors que le rythme, toujours paisible, affiche une vélocité plus émotive que cadencée. Encore meilleur que "Hydra"! On parle intensité? Tout autant superbe et nettement plus dramatique, "Evening Island" va vous donner des frissons dans l'âme avec une guitare très saisissante qui glisse ses pleurs et ses boucles éthérées sur une rythmique hypnotique, comme dans le beau vieux Berlin School animé de renouveau dans la couleur des tons. Toujours dans des panoramas soniques dont les reliefs sont parfumés d'ombres, de soupirs et de larmes, tant de guitare que de synthé, les rythmes de Low Winter Sun défilent dans des formes différentes, ici ce sont des élans spasmodiques, et dans des teintes qui se jumèlent à la tristesse et à la nostalgie passagère. Comme ici où les boucles de guitares versent des larmes sur une structure qui, comme ces grandes spirales verticales, grimpent constamment sans jamais atteindre les cieux. Les habitués du genre nomment ces structures la Californian School en hommage à son sculpteur, Steve Roach. "Memory Space" conclut les 75 premières minutes de “Different Spaces” par une belle phase d'ambiances où les ombres obscures et les harmonies sibyllines nous attirent doucement vers une phase plus diaphane.
Il reste encore beaucoup de musique dans ce dernier album d'Erik Wollo. Et "Mystical Sun (Introduction 2)" nous amène vers l'autre versant des panoramas Scandinaves de Wollo avec une approche toujours aussi très séduisante en rythme mais avec plus de luminosité dans les ambiances et les lignes harmoniques. Si "Mystical Sun (Introduction 2)" complète les humeurs de "Low Winter Sun (Introduction 1)", "Chroma" diffère du rock très énergique de "Points in Time". En fait, Erik Wollo flirte ici avec une approche plus Électronica, quoique les rythmes répétitifs du modèle de Berlin restent très omniprésents. Les harmonies et les ambiances sont plus légères et plus enjouées, mettant beaucoup d'emphase sur les contrastes des panoramas soniques entre les 2 CD. Comme dans la structure de "Motion Blue", superbe en passant, avec ses effets de percussions et son approche motorik. Mystérieux, "The Morph" croule sous une lourde ambiance aux teintes de métal fondant. "Rundreise" est un superbe Berlin School qui roule comme un train à vapeurs bleuâtre. On remarque tout de go ces contrastes! "Circle Dream" est idéal pour la méditation, tout comme le très ambiant et flottant "Afterglow". Après une introduction remplie de brouhahas d'une foule, "Pilgrim Way" nous amène là où aucun autre titre de “Different Spaces” nous a amené; vers les airs d'une splendide ballade extirpée d'une six-cordes électriques aussi rêveuses que ces bancs de brumes nimbés de voix anonymes. Une ballade morphique, un splendide slow tempo avec des images d'étreintes plein les yeux. Les arrangements et les voix donnent une profondeur inouïe à cette lente ballade de cowboy solitaire. Un des points forts, il y en a beaucoup, de “Different Spaces”! Après ce petit moment de rêverie, "Cascade Falls" assaille nos oreilles avec un rock électronique très attiré par de l'IDM. Un titre fougueux et étonnant de fraîcheur et tout autant étonnant dans le répertoire de notre ami Erik. Si on a craqué pour "Pilgrim Way", nous allons fondre devant la tendresse affichée dans cette perle sonique qu'est "Mirror Lake". Il y a une danse, comme un ballet féérique, qui coule tout au long des 6 minutes de ce titre avec des arpèges miroitant sur une glace invisible et dont les charmes scintillent avec une guitare aussi efficace qu'un Mike Oldfield au sommet de sa maîtrise en composition. Tout simplement magique! "Elysium" conclut ce superbe album avec une approche tout aussi surnaturelle que cette danse dans "Mirror Lake". Sauf qu'ici, Erik Wollo ajoute un peu de nébulosité, même si des voix se battent contre ce parfum, afin de tisser cet admirable lien qui nous ramènera à "Low Winter Sun (Introduction 1)". Oui mes amis…tout un album. Le meilleur d'Erik Wollo et le meilleur album de 2017 à ce jour!
Sylvain Lupari (13 Juin 2017)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire