mercredi 21 juin 2017

ANDY PICKFORD: Vanguard III (2017)

“Vanguard III is a logical end of the first two chapters which have so superbly charmed us”

Free all Angels 6:06
Ritual (Electro Mix) 7:19
Could You Cry 5:07
Rise 6:58
Schadenfreude 5:53
Ahnenerbe 15:45
Transit 6:03
Elektra 5:57
Ascendance 5:47
Wished 6:24

AD Music ‎| AD177 (CD/DDL 71:22) ***¾
(E-Rock, EDM & Orchestral Cinematographic EM)
To be a fan of Andy Pickford can turn out destabilizing! I am not a fan from the very beginning, but I learnt to know the artist and to like his music since the adventure of Spank the Dark Monkey and Binar in the early 2000's. And after an absence of about 10 years, he made a strong comeback with the Vanguard trilogy begun in 2015 on the AD Music label. Since then, he widely compensated these years far from the scene of EM with not less than 10 albums in 2 years. And each of those album hides traps of seduction, otherwise of addiction. That takes some doing! Destabilizing because AP touches everything with the fervor and a rage to put his fans on a foot of alert by jumping from a style to another with as much ease as grace. In so doing, each album becomes an opened door towards a wonderful world of sounds, of rhythms and of ambience which are as well attractive as puzzling, like in this “Vanguard III”.
The adventure begins with a horn of plenty which let drops its sound prisms from the heavens, so pouring a delicate ethereal approach where ring a beautiful variety of celestial bells. "
Free all Angels" leans from now on a purely electronic rhythm which is transformed into a good rock. The bass is throbbing and its humming sometimes gets lost in full resounding layers of which the hoarse radiances try to forge fine stroboscopic circles. The percussions are in the tone and the synths decorate a sibylline beautification with pearled harmonies and layers of absent voices, which murmur in the background of this decoration, and arrangements of trumpets which give a festive air to this liberation of the angels. The tone is given for an album where every title abounds in soundscapes which feeds completely the voracity of our ears. In 2012, Andy Pickford realized a series of 6 E.P. among which EP#04: Ritual. It's from this E.P. that is taken the very Electronica "Ritual (Electro music Mix)". A mixture between Techno and Trance Goa, the music is lively and jerky like in these electronic parties where we turn around beneath wild stroboscopic effects. Besides all his talents, AP sings! Like here with the slow dance beat which is "Could You Cry". The music flows behind a wide curtain of mist, so giving this tint to the voice of AP. The tempo is hyper slow and the arrangements influence an approach of a love song where cry superb synth solos. Lise loves it and I have to admit that it passes well enough. We stay in the field of ballad with "Rise" and its circular movement which increases its intensity gradually in order to explode in another good electronic rock. That becomes rather intense and the voice of a Berber woman adds a touch of exoticism to a strong title which will turn pale on the other hand in front of the well of intensity that is the powerful "Ahnenerbe". After a very glamorous electronic rock in "Schadenfreude", another title with an evolution controlled by an emotionalism amplified by diverse arrangements and especially by the presence of a good synth / guitar with striking harmonious soloes, "Ahnenerbe" nails us in our armchair. Very filmic, the music streams like a thousand of lapping which sparkle and sing as these circles which extend by the grace of a finger over the peaceful surface of a lake. Timid, the intensity of the circles increases its emotional and dramatic value with heavy percussions and orchestral arrangements, in particular this angelic choir, which give the shivers that our soul needs to confirm our thirst of life. It's powerfully dramatic and we search everywhere so that our ears swallows all of this sound scenario which ends up like a storm on the ice floes of time. The voices of the NASA and the electronic chirpings reminds us that with Andy Pickford, we can expect everything!
Even in this mosaic of styles,
AP manages to weave thin links which unite the 10 titles and some 71 minutes of “Vanguard III”. The electronic chirpings go beyond the borders of "Ahnenerbe" and throw themselves into the static movement of "Transit" where riffs, orchestrations of the Dance Music years and effects get torn between a rock and a good EDM. The density and the sound fauna is abundant here as everywhere in “Vanguard III”. And this is true, no matter the styles. The weeping violin of "Elektra" reminds it to us with a beautiful ballad, sometimes light and sometimes intense, which supports very well the harmonious voice of an Elves woman. Still here, there is a cinematographic link to be weaved with rhythmic impulses which fly away like a knight leaving his lady-love just before the end credits of a movie. "Ancestry" is a title with dominant moods. Still here, the effects of goddesses voices caress melancholic chords where a delicate stroboscopic thread gets worn out. Catchy and filled by tenderness! "Wished" ends this last part of the Vanguard trilogy like the music of a pompous movie. The effects of orchestrations are as much poignant as very varied and the title progresses in strength with sequences which flash hard and around these felted percussions which are synonyms of Electronica's psybeats but which it not totally that. A very good title which will give you the same effect as "Ahnenerbe" and which closes a logical conclusion to the 2 first ones Vanguard where Andy Pickford has fun to fill our ears of delights. I heard that a new album, of the kind of Harmonics in the Silence and Shadow at the Gate is at our doors… Yummy Yummy…

Sylvain Lupari (June 20th, 2017)
synth&sequences.com
You will find this album on the AD Music web shop here

-CHRONIQUE EN FRANÇAIS-
Être un fan d'Andy Pickford peut s'avérer déstabilisant! Je ne suis pas un fan de la première heure, mais j'ai appris à connaître et aimer sa musique depuis l'aventure Spank the Dark Monkey et Binar au début des années 2000. Et après une absence de près de 10 ans, il revenait en force avec la trilogie Vanguard amorcée sur le label AD Music en 2015. Depuis, il a largement compensé ces années loin de la scène EM avec pas moins de 10 albums en 2 ans. Et chacun de ces albums cache des pièges de séduction, sinon d'addiction. Faut le faire! Déstabilisant parce qu'AP touche à tout avec la ferveur et la rage de mettre ses fans sur un pied d'alerte en sautant d'un style à l'autre avec autant de facilité que de grâce. Ce faisant, chaque album devient une porte ouverte vers un merveilleux monde de sons, de rythmes et d'ambiances qui sont aussi séduisants que déroutants, comme ce “Vanguard III”.
L'aventure débute par une corne d'abondance qui échappe ses prismes sonores des cieux, coulant ainsi une délicate approche éthérée où tintent une belle variété de clochettes célestes. "Free all Angels" s'appuie dès lors sur un rythme purement électronique qui se transforme en un bon rock. La basse est ronflante et ses vrombissements se perdent parfois dans des nappes pleines dont les radiations éraillées tentent de forger des cercles stroboscopiques. Les percussions sont dans le ton et les synthés ornent un décor sibyllin avec des harmonies perlées et des nappes de voix absentes, qui murmurent dans le fond de ce décor, et des arrangements avec des trompettes qui donnent un air de fête à cette libération des anges. Le ton est donné pour un album où chaque titre regorge d'un panorama sonique qui régale à fond la gourmandise de nos oreilles. En 2012, Andy Pickford réalisa une série de 6 E.P. dont EP#04: Ritual. C'est de cet E.P. qu'est soutiré le très Électronica "Ritual (Electro Mix)". Un mélange entre le Techno et le Trance Goa, la musique est vive et saccadée comme dans ces fêtes électroniques où l'on tourne sous des effets stroboscopiques. En plus de tous ses talents, AP Chante! Comme ici avec les slow-tempo qu'est "Could You Cry". La musique coule derrière un large rideau de brume, donnant ainsi cette teinte à la voix d'AP. Le tempo est hyper lent et les arrangements influencent une approche de chanson d'amour où pleurent de splendides solos de synthé. Lise adore et je dois admettre que ça passe assez bien. On reste dans le domaine de la ballade avec "Rise" et son mouvement circulaire qui augmente son intensité graduellement pour exploser dans un autre bon rock électronique. Ça devient assez intense et la voix d'une femme berbère ajoute un touche d'exotisme à un solide titre qui pâlira par contre devant le puits d'intensité qu'est le puissant "Ahnenerbe". Après un rock électronique très glamour en "Schadenfreude", un autre titre à évolution contrôlée par une émotivité amplifiée par divers arrangements et surtout la présence d'un bon synthé/guitare avec des solos harmoniques criants, "Ahnenerbe" nous enfonce dans notre fauteuil. Très cinématographique, la musique ruissèle comme des milliers de clapotis qui scintillent et chantent comme ces cercles qui s'étendent par la grâce d'un doigt sur une paisible surface d'un lac. Timide, l'intensité des cercles accroit sa valeur émotive et dramatique avec de lourdes percussions et des arrangements orchestraux, notamment cette chorale angélique, qui donnent les frissons que notre âme a besoin afin de valider notre soif de vie. C'est puissamment dramatique et on fouille partout afin que nos oreilles gobent tout de ce scénario sonique qui se termine comme une tempête échoue sur les banquises du temps. Les voix de la NASA et les bipbips électroniques nous rappelle qu'avec Andy Pickford, on peut s'attendre à tout!
Même dans cette mosaïque de styles, AP réussit à tisser de minces liens qui unissent les 10 titres et les quelques 71 minutes de “Vanguard III”. Les bipbips électroniques dépassent les frontières de "Ahnenerbe" pour se jeter dans le mouvement statique de "Transit" où les riffs, les orchestrations des années de la Dance Music et les effets se déchirent entre un rock et une musique de danse électronique. Mais peu importe! La densité et la faune sonore est foisonnante ici comme partout dans “Vanguard III”. Et ce, peu importe les styles. Le violon pleureur de "Elektra" nous le rappelle avec une belle ballade, tantôt légère et tantôt intense, qui supporte très bien une harmonieuse voix Elfique. Encore ici, il y a un lien cinématographique à tisser avec des impulsions rythmiques qui s'envolent comme un chevalier quittant sa dulcinée juste avant le générique de la fin. "Ascendance" est un titre avec des ambiances dominantes. Encore ici, les effets de voix de déesses caressent des accords mélancoliques où s'érode un délicat fil stroboscopique. "Wished" termine “Vanguard III” comme la musique d'un film pompeux. Les effets d'orchestrations sont aussi poignants que variés et le titre progresse en puissance avec des séquences qui clignotent avec ardeur et autour de ces percussions feutrées synonymes d'Électronica mais qui ne le sont pas toujours. Un très bon titre qui vous donnera le même effet que "Ahnenerbe" et qui clôture une suite logique aux 2 premiers Vanguard où Andy Pickford s'amuse en nous en mettre plein les oreilles. Paraitrait qu'un nouvel album, du genre de Harmonics in the Silence et Shadow at the Gate, est à nos portes…Miam Miam…
Sylvain Lupari (20/06/2017)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire