lundi 17 avril 2017

BERND KISTENMACHER: Music from Outer Space (1985)

“I had forgotten how Music from Outer Space was a so very beautiful album where solos, sequences and effects reveal quite the wealth of EM”
1 Music from Outer Space Part I 37:45 
2 Music from Outer Space Part II 41:38

Green Tree Records GTR 091
Bernd Kistenmacher Music (CD 79:26) ****½
(Vintage Berlin School)
Bernd Kistenmacher was doubtless one of the most beautiful secrets of the German electronic musical scene for numerous years. Making music in the shade of the big ones, at least on this side the planet, he has created since 1984 about fifteen cassettes, albums and cd, keeping his the most hard-hitting, the most accomplished works, for the 2000 years. But previously, this enigmatic synthésiste a bit romantic proposed a music in the steams of a Berlin School as poetic as chaotic. His first works are strongly inspired by Klaus Schulze's analog universe, period Blackdance and Body Love, but with a suspicion of soft anarchy which flows as some still blank honey. At first realized in cassette format, “Music from Outer Space” proposes 2 long minimalist titles with suites of harmonies and ambiences which are exchanged their roles through rhythms soft and savages in an electronic universe fed of its paradoxes and these wonderful machines which are synths and sequencers. Reedited in CD with the publication of the 8 CD boxset; My Little Universe was released in 1999, this first opus of Bernd Kistenmacher was nowhere to be found and thus was a collector item for his fans and the fans of the Berlin School style EM of the 70's. And I always emitted the wish that Bernd re-releases his whole catalog because his music has widely influenced artists who saw in EM the perfect way to create a little more symphonic works. Now it's done! You will find this album, as well as all the titles of Bernd Kistenmacher in original edition on the Bandcamp page of the latter. Let's start with “Music from Outer Space”.
Getting rid of its resonant membrane, a shadow coming from the oblivion floats with a delicate nuance in its movement, and its tone some 300 seconds later. It looks like small hoops are dancing here, creating a strange oneiric dance on a hardly undulating movement. Slowly,
Bernd Kistenmacher shapes his first part with the sound ingredients which made the charms of the70's EM. Thus a heavy veil spreads an interstellar carpet from where escapes a little stream of sequences which dance and glitter a little after the 7minutes point. The movement of sequences amplifies a pace which flickers swiftly, hunting the ascendancy of this heavy mist which mystified the introduction of "Music from Outer Space Part I". The purists will recognize here the same movement which livened up a certain very famous title of the album Encore from Tangerine Dream. But it doesn't matter! Schulze, TD and Ashra dominated the scene at that time, thus it was necessary to go out of somewhere and it was exactly what proposed Bernd Kistenmacher. The movement stays in suspension while more orchestral layers wrap it in a more lyrical atmosphere while little by little a mass of bass sequences and of percussions becomes agitated. Delicious to discover in a rather complex context, "Music from Outer Space Part I" gets into its rhythmic phase with more of mordant, but always with a hypnotic restraint, whereas the sequenced keys spin with fury in a tunnel where the freedom of movement is decorated by superb anesthetic layers full of Elfic voices of a synth which escapes its twisted solos. These solos spin as these pie charts which go and come in a game of Spirograph and these angelic voices which hum some shrill aaaaah which we can confuse with these complaints of a synth in mode alarm. Intense and crystallizing, "Music from Outer Space Part I" crashes in one finale where the flavors of Mirage and Body Love perfume our ears. A very good title which shows this vitality of the analog years but with a development more structured than these long sound Mass improvised of this time.
From the length of its 40 minutes, "
Music from Outer Space Part II" starts things clearly! Less poetic and more livened up, the dance of sequences begins with the foggy voice of Kistenmacher
 of which the echo reflects the words Music from Outer Space on a nice and very juicy, and also very Berliner, sequence. The tone is given! This sequence skips cheerfully alone before a synth wraps it with a chant all the same rather seraphic. Layers of voice get graft at this minimalist union which already introduced nuances, as much in the pace of the beat as the harmonious airs. The ear gets attached to this minimalist introduction when already the title plunges towards another direction, this time more ethereal but non less sibylline at around the 5th minute. The initial movement of the sequencer skips like at the beginning, except that this time foggier layers, a blue mist, caresses its beardless rebellion. Very beautiful synth solos float over there. Their nasal tints and their songs of snake charmers are wonderful. The crystal clear tick-tock of the sequence borrows a darker coat while a bluish cloud of mist opens the door to a rotatory solo where is nest a movement of sequences which flickers such as a hyperactive hand on a switch. Always very charmingly bewitching, the minimalist movement of "Music from Outer Space Part II" adorns itself with beautiful nuances while the title plunges into a velocity which slips totally in an anarchy chaos to finally slow down the pace in an ambiosonic passage around the 28th minute. But all along the title, Bernd Kistenmacher multiplies orchestral and voices layers as well as solos and effects which also feed to satisfaction this phase of confusion which will create another very beautiful passage of electronic rhythm among which the effects and the analog warmth are the instruments of one finale a little more ethereal.
I had forgotten how “
Music from Outer Space” was a so very beautiful album of EM. Built on 2 very long titles of which the minimalist routes are presented with nuances, so much in the rhythms, harmonies and ambient effects, this 2nd opus of Bernd Kistenmacher defines marvelously the complexities of a spatial and poetic universe in a symphonic envelope more sibylline than elegiac where solos, sequences and effects reveal quite the wealth of EM.

Sylvain Lupari (April 17th, 2017)
gutsofdarkness.com & synthsequences.blogspot.ca
You will find this album in a downloaded form on Bernd Kistenmcher Banbcamp page here


-CHRONIQUE EN FRANÇAIS-

Bernd Kistenmacher a été sans doute l'un des plus beaux secrets de la scène musicale électronique Allemande pour de nombreuses années. Opérant dans l'ombre des grands, à tout le moins de ce côté-ci de la planète, il a composé depuis 1984 une quinzaine de cassettes, albums et cd, gardant ses œuvres les plus percutantes, les plus accomplies, pour les années 2010. Mais auparavant, cet énigmatique synthésiste un brin romantique proposait une musique aux effluves d'une Berlin School aussi poétique que chaotique. Ses premières œuvres sont fortement inspirées par l’univers analogue de Klaus Schulze, période Black Dance et Body Love, mais avec un soupçon de douce anarchie qui coule comme du miel encore vierge. D'abord réalisé en format cassette, “Music from Outer Space” propose 2 longs titres minimalistes avec des suites d'harmonies et d'ambiances qui s'échangent les rôles à travers des rythmes doux et sauvages dans un univers électronique nourrit de ses paradoxes et de ces merveilleux engins que sont les synthés et les séquenceurs. Réédité en cd lors de la parution du coffret de 8 cd; My Little Universe, paru en 1999, cette première œuvre de Bernd Kistenmacher a été discontinué et est longtemps demeuré une pièce de collection pour ses fans et les amateurs de MÉ de style Berlin School des années 70. Et j'ai toujours émis le souhait que Bernd réédite son catalogue parce que sa musique a largement influencé des artistes qui voyaient en la MÉ un véhicule parfait pour créer des œuvres un peu plus symphoniques. C'est maintenant chose faite! Vous trouverez cet album, ainsi que tous les titres de Bernd Kistenmacher en format original sur la page Bandcamp de ce dernier. Débutons par “Music from Outer Space”.
Se défaisant de sa membrane résonnante, une ombre venue du vide flotte avec une délicate nuance dans son mouvement et sa tonalité, quelques 300 secondes plus tard. On dirait que des petits cerceaux y dansent, créant une étrange danse onirique sur un mouvement à peine ondulant. Lentement, Bernd Kistenmacher moule sa première partie avec les ingrédients sonores qui faisaient les charmes de la MÉ des années 70. Un lourd voile étend donc un tapis interstellaire d'où s'échappe un petit chapelet de séquences qui dansent et miroitent un peu après la barre des 7 minutes. Le mouvement des séquences amplifie une cadence qui papillonne vivement, chassant la prédominance de cette lourde brume qui mystifiait l'introduction de "Music from Outer Space Part I". Les puristes reconnaitront là ce même mouvement qui animait un certain titre très célèbre de l'album Encore de Tangerine Dream. Mais peu importe! Schulze, TD et Ashra dominaient la scène à cette époque, donc il fallait sortir de quelque part et c'est exactement ce que proposait Bernd Kistenmacher. Le mouvement reste en suspension alors que des nappes plus orchestrales l'enveloppent dans une ambiance plus lyrique alors que peu à peu s'agite une masse de basses séquences et de percussions. Délicieux à découvrir dans un contexte assez complexe, "Music from Outer Space Part I" s'enfonce dans sa phase rythmique avec plus de mordant, mais toujours avec une retenue hypnotisante, tandis que les ions virevoltent avec fureur dans un tunnel où la liberté de mouvement est décorée par de superbes nappes anesthésiantes ornées de voix Elfiques d'un synthé qui échappe ses solos en boucles torsadées. Ces solos virevoltent comme ces graphiques circulaires qui vont et viennent dans un jeu de spirographes et ces voix angéliques qui fredonnent des aaaaah stridents que l'on peut confondre avec ces plaintes d'un synthé en mode alarme. Intense et cristallisant, "Music from Outer Space Part I" s'écrase dans une finale où les parfums de Mirage et de Body Love embaument nos oreilles. Un très bon titre qui affiche cette vitalité des années analogues mais avec un développement plus structuré que ces longues messes soniques improvisées de cette époque.
Du long de ses 40 minutes, "Music from Outer Space Part II" ne fait pas dans la dentelle! Moins poétique et plus animé, la danse des séquences débute avec la voix brumeuse de Kistenmacher dont l'écho reflète les mots «Music from Outer Space» sur une belle séquence bien juteuse et très Berliner. Le ton est donné! Cette séquence sautille allègrement en solitaire avant qu’un synthé l'enveloppe d’un chant tout de même assez séraphique. Des nappes de voix se greffent à ce mariage minimaliste qui déjà introduit des nuances, tant dans le temps du rythme que les airs harmoniques. L'oreille s'attache à cette introduction minimaliste que déjà le titre plonge vers une autre direction, cette fois plus éthérée mais non moins sibylline vers la 5ième minute. Le mouvement initial du séquenceur sautille comme au début, sauf que cette fois-ci des nappes plus brumeuses, une brume bleue, caresse sa rébellion imberbe. De très beaux solos de synthé flottent là-bas. Leurs teintes nasillardes et leurs chants de charmeurs de serpents sont magnifiques. Les tic-tacs limpides de la séquence empruntent un manteau plus sombre alors qu'un nuage de brume bleuté ouvre la porte à un solo rotatoire où niche un mouvement de séquences qui papillonnent comme une main hyperactive sur un commutateur. Toujours très délicieusement envoûtant, le mouvement minimaliste de "Music from Outer Space Part II" se pare de belles nuances alors que le titre s'enfonce dans une vélocité qui dérape totalement en un chaos anarchique pour finalement ralentir la cadence dans un passage ambiosonique autour de la 28ième minute. Mais tout au long, Bernd Kistenmacher multiplie les nappes, les solos et les effets qui alimentent à satiété cette phase de confusion qui fera naître un autre très beau passage de rythme électronique dont les effets et la chaleur analogue sont les instruments d'une finale un peu plus éthérée.
J'avais oublié comment “Music from Outer Space” était à ce point un très bel album de MÉ. Monté sur 2 très longs titres dont les parcours minimalistes sont présentés avec des nuances, autant dans les rythmes, les harmonies et les effets d'ambiances, ce 2ième opus de Bernd Kistenmacher définit à merveille les complexités d'un univers spatial et poétique dans une enveloppe symphonique plus sibylline que parnassienne où les solos, les séquences et les effets révèlent toute les richesses de la MÉ.

Sylvain Lupari (réécrit le 17/04/2017)

Aucun commentaire:

Publier un commentaire