samedi 11 mars 2017

LAMBERT: Inside Out (1991-2009)

“Inside Out is maybe what has answered the most to those fans in need of Tangerine Dream's fragrances of the 70's up to the mid 80's”
1 Light Sky 5:47
2 Speed of Life 8:50
3 Nightmare 6:38
4 Atmosdepth VII 7:00
5 Mellow 4:59
6 B-10 3:39
7 Sun 10:42
8 Dolphin's Cry 9:51
9 Lost Dreams 3:13
10 Trace 6:11

Spheric Music SMCD 1001 (CD 67:20) ****
(Solid E-Rock)
Here is the most selling album of Spheric Music. And after a complete listening we seize all the explanation of that. Released initially in 1991, Spheric Music reedits “Inside Out” in 2009. It’s an album custom-made for those who were attracted by the electronic rock of the MIDI years. Of these years when the digital synthesizer supplanted warmth of the analog with rhythms and harmonies easily creatable by the means of these new technologies. It’s a collection of 10 titles where the electronic rock is king. Here, no complex titles! Except for some nice movement of sequences. Only some good big electronic rock that the Boss of Spheric Music decorates of good effects and of nice harmonies whistled by a synth which is often as much catchy to the ears than those solid sequencing patterns. So the rhythms? Sculptured on a good meshing of sequences which gallop and crisscross in parallel lines on the grapeshots of good electronic percussions, Lambert Ringlage goes of a dexterity here which will call back to several these sonic surprises that Chris Franke has multiplied while Tangerine Dream abandoned its Pink Years era for that of Virgin’s.
"
Light Sky" begins this 6th work of the German synthesist on a light note. A good rhythm on a sequencer in mode spasmodic pulsations and on percussions of a Bongo genre which support a pleasant melodious approach broken by series of orchestral layers, which make very TD, and which fall in a curt way. I would say that it’s a very accessible opening with a synth hyper melodious which scatter its airs pleasantly in the ears among ethereal voices. Nervous, "Speed of Life" is a good electronic rock built on an agile sequencer and in mode Franke. It’s a solid rock which breathes by this very convulsive approach of Silver Scale but with more synth solos, sharp and twisted, which roll in loops with this dexterity that Lambert Ringlage had accustomed to us with ['ramp] and Hypnosphere. The dramatic effects of the synth layers/riffs are also very present. "Nightmare" proposes a galloping structure with a bit of worry in an ambiosonic shroud which is rather representative of its title. The opening is in a lugubrious mood with arpeggios which waddle, such as a satanic bed song, in a fog of cemetery where a false guitar bites our ears with sharpened solos. "Nightmare" evolves in a funeral atmosphere with its nightmarish shade which glides over a movement of a nervous and convulsive sequencer, such as a herd of terrified keys, with effects of chorus subtly luciferian. It’s the good title which sways between these sound movements of Tangerine Dream in their movie music and the solo universe of Mark Shreeve. The same goes for the strong "Atmosdepth VII" which seems to get out straight ahead from the soundtrack Near Dark. The introduction is disturbing with its glaucous ambience and its effects which plunge us between the Flashpoint and Poland eras. The rhythm is settling after the 60 seconds. The movement of the sequencer is hopping in a rather minimalist corridor with a suite of keys which keenly oscillate, as long as the impression to tumble is tangible between our ears, in a mosaic of rhythm where the disorder is next to a fascinating symmetry. Elements and influences of Peter Baumann in Trans Harmonic Nights can also be heard here. Moreover, Lambert injects here a panoply of effects, like these very harmonious riffs of Ricochet 1, which make the listener travelling between the analog era and that more digital of the Dream. I think it’s a very good title intended for those who would have wanted that the Berlin trio explores a little more these avenues sponsored by the charms of acid or LSD of the 70’s.
"
Mellow is a nice slow melody with a guitar which unwinds good solos on a bed of fragile arpeggios and their glass tints. It's a good electronic slow dance with a vicious guitar which reminds the music theme of Tangerine Dream, also that of Top Gun, but not as much as "B-10" and its fiery rock anthem which gets closer to the generation of Streethawk. We note the presence of the guitarist Carsten Gayer here. "Sun" is a title as complex as "Atmosdepth VII" but with a more stylized approach. Lambert presents us a more personal creation which represents a little less the TD perfumes with good movements of the sequencer which structures polyphased rhythms loaded with effects of mist where roam good solos, as usual, which inject effects of violins and their airs merging with the additional keyboards of Apeiron. The game of the sequencer, when it goes alone, is simply delicious. Hopping sequences emerge from the vaporous intro of "Dolphin Cry's". The sequencer goes in mode catch me if you can with a lively and fluid structure which sweeps these horizons of perdition which have rocked an introduction filled by mysteries. More audacious than "Atmosdepth VII" and "Sun", "Dolphin Cry's" evolves between the ease and the complexity with elements which make jumps in another these structures which arises from Silver Scale or from Digital Times. Two titles which have excited those legion of TD fans at the beginning of the 80’s. Great! It’s doubtless the best moment of “Inside Out”. "Lost Dreams" is a nice slow dance, more in mode Blues than "Mellow", with a guitar which cries for its harmonies and for its heart-rending solos. The effects of guitar are a thing which also abound in “Inside Out” and they stroll with nostalgia in "Trace" which ends this album with a structure of more ambient rhythm. The sequencer seems to cry its keys which skip like in a devilish lullaby which has lost its luster of fear. Even the multiple and brief effects of grapeshot from the percussions are incapable to go out this "Trace" of its cocoon of morphic hypnosis which rolls and rolls in a taste of Underwater Sunlight.
We understand a little now better why “
Inside Out” became the emblem of Spheric Music. With its wide pallet of inspirations which travels from Ricochet to long after the Blue Years, this Lambert's album will please undoubtedly the fans of Tangerine Dream. And you should not conclude as far as Lambert Ringlage is lacking originality. Quite the opposite! He exploits marvelously the pond of his influences while structuring rhythmic crossroads which are fine beyond those of Chris Franke with a vision and an agility which have an equal only this synthesizer that Lambert works with a very good dexterity, as much as in the harmonies than in the solos. And when the sequencer and the synthesizer abound in bright ideas, we are in the mouth of EM!

Sylvain Lupari (March 11th, 2017)
gutsofdarkness.com & synth&sequences.com

You will find this CD here on Spheric Music shop

Voici l’album qui c’est le plus vendu sur l’étiquette Spheric Music. Et après une écoute complète on en saisit toute l’explication. Réalisé initialement en 1991, Spheric Music réédite Inside Out en 2009. C’est un album fait sur mesure pour ceux qui ont été attiré par le rock électronique des années MIDI. De ces années où le synthétiseur numérique supplantait les chaleurs de l’analogue avec des rythmes et harmonies facilement sculptables à l’aide de ces nouvelles technologies. C’est est une collection de 10 titres où le rock électronique est roi. Ici, pas de titres complexes mis à part quelques beaux mouvements de séquences. Juste du bon gros rock électronique que le Boss de Spheric Music orne de bons effets et de belles harmonies sifflées par un synthé qui souvent s’accrochent assez aisément à nos oreilles. Et les rythmes? Sculptés sur un bon maillage de séquences qui galopent et s’entrecroisent en lignes parallèles sur les mitrailles de bonnes percussions électroniques, Lambert Ringlage y va d’un doigté qui rappellera pour plusieurs ces surprises que Chris Franke multipliait alors que Tangerine Dream délaissait sa période Pink pour celle des années Virgin. Autopsie d’un album bouillant de rythmes, de séquences nerveuses ainsi que des passages intrigants et ambiants qui constituaient l’empire musical du Dream.
Light Sky débute ce 6ième ouvrage du synthésiste Allemand avec légèreté. Un bon rythme sur séquenceur en mode pulsations spasmodique et des percussions d’un genre Bongos qui supportent une suave approche mélodieuse fracturée par des séries de nappes orchestrales, qui font très TD, et qui tombent de façon assez abruptes. Je dirais que c’est une ouverture très accessible avec un synthé hyper mélodieux qui éparpillent ses airs agréablement dans les oreilles avec des nappes de voix éthérées. Nerveux, Speed of Life est un bon rock électronique monté sur un séquenceur agile et en mode Franke. C’est du gros rock solide qui respire par cette démarche très convulsive de Silver Scale mais avec plus de solos aigus et torsadés, les effets dramatiques des nappes/riffs de synthé y sont présents, qui roulent en boucles avec cette dextérité que Lambert Ringlage nous avait habitué avec Ramp et Hypnosphere. Nightmare propose une structure galopante avec un brin d’inconfort avec une couche ambiosonique qui est assez représentative de son titre. L’ouverture est dans un genre lugubre avec des arpèges qui se dandinent, telle une comptine satanique, dans un brouillard de cimetière où une fausse guitare mord nos oreilles avec des solos aiguisés. Nightmare évolue dans une ambiance funèbre avec son ombre cauchemardesque qui plane au-dessus d’un mouvement de séquenceur nerveux et convulsif, comme un troupeau d’ions affolés, avec des effets de chœur subtilement luciférien. C’est un bon titre qui tangue entre ces mouvements soniques de Tangerine Dream dans leur musique de films et l’univers solo de Mark Shreeve. Idem pour le colossal Atmosdepth VII qui semble sortir tout droit de Near Dark. L’introduction est dérangeante avec son ambiance glauque et ses effets qui nous plongent entre Flashpoint et Poland. Le rythme nait après les 60 secondes. Le mouvement du séquenceur est sautillant dans un corridor assez minimaliste avec une suite d’accords qui oscillent vivement, tant que l’impression de débouler est tangible entre nos oreilles, dans une mosaïque de rythme où le désordre côtoie une fascinante symétrie et où trônent aussi des effets qui rappellent indéniablement Peter Baumann dans Trans Harmonic Nights. D’ailleurs Lambert injecte ici une panoplie d’effets, comme ces riffs très harmoniques de Ricochet 1, qui font voyager l’auditeur entre la période analogue et plus numérique du Dream. C’est un très bon titre destiné à ceux qui auraient voulu que le trio Berlinois explore un peu plus ces avenues sponsorisées par les charmes de l’acide des années 70.
Mellow est une belle mélodie lente avec une guitare qui déroule de bons solos sur un lit d’arpèges fragiles avec leurs teintes de verre. Un beau slow électronique avec une belle guitare très vicieuse qui rappelle la musique de film de Tangerine Dream, aussi celle de Top Gun, mais pas autant que B-10 et son fougueux rock anthem qui s’inscrit dans la génération de Streethawk. On note la présence du guitariste Carsten Gayer ici. Sun est un titre aussi complexe que Atmosdepth VII mais avec une approche plus stylisée. Lambert nous présente une création plus personnelle qui représente un peu moins TD avec de bons mouvements du séquenceur qui structure des rythmes polyphasés dans de bons effets de brume où rôdent de bons solos, comme toujours, qui injectent des effets de violons dont les airs fusionnent avec les claviers additionnels d’Apeiron. Le jeu du séquenceur, lorsqu’il fait cavalier seul, est tout simplement délicieux. Des séquences sautillantes émergent de la vaporeuse intro de Dolphin’s Cry. Le séquenceur se met en mode cours après moi que je t’attrape avec une structure vive et fluide qui balaie ces horizons de perdition qui berçaient une introduction bourrée de mystères. Plus audacieux que Atmosdepth VII et Sun, Dolphin’s Cry évolue entre la facilité et la complexité avec des éléments qui font sursauter dans une autre de ces structures qui sont nées de Silver Scale ou de Digital Times. Deux titres qui ont embrasé la légion de fans de TD au début des années 80. Très bon! C’est sans doute le meilleur moment de Inside Out. Lost Dreams est un beau slow, plus en mode Blues que Mellow, avec une guitare qui pleure de ses harmonies et solos déchirants. Les effets de guitare abondent dans Inside Out et ils se promènent avec nostalgie dans Trace qui termine cet album avec une structure de rythme plus ambiant. Le séquenceur semble pleurer ses ions qui sautillent comme dans une comptine diabolique qui a perdu son lustre de peur. Même les multiples et brèves effets de mitraille des percussions sont incapable de sortir ce Trace de son cocon d’hypnose morphique qui roule et roule dans un parfum d’Underwater Sunlight.
On comprend un peu mieux pourquoi Inside Out est devenue l’emblème de Spheric Music. Avec sa large palette d’inspirations qui part de Ricochet et qui voyage bien après les années Blue Years, cet album de Lambert plaira assurément aux fans de Tangerine Dream. Et il ne faut pas conclure pour autant que Lambert Ringlage manque d’originalité. Bien au contraire! Il exploite à merveille le bassin de ses influences tout en structurant des carrefours rythmiques qui vont bien au-delà de ceux de Chris Franke avec une vision et une agilité qui n’ont d’égal que ce synthétiseur que Lambert travaille avec une très bonne dextérité, autant dans les harmonies que les solos. Et lorsque le séquenceur et le synthétiseur foisonnent d’idées lumineuses, nous sommes dans l’antre de la MÉ!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire